Menu

Les limites sont apparues en raison de la variété des différents styles de vie de l’humanité.

Dieu a créé toutes choses et établi des limites pour elles ; parmi elles, Il a nourri toutes sortes de choses vivantes. Pendant ce temps, Il a également préparé différents moyens de survie pour l’humanité, de sorte que tu peux constater que les êtres humains n’ont pas qu’un seul moyen de survie et n’ont pas non plus un seul genre d’environnement de survie. Nous avons déjà parlé de Dieu qui a préparé diverses sortes de sources de nourriture et d’eau pour les hommes, ce qui est essentiel pour permettre à la vie de l’humanité dans la chair de continuer. Cependant, dans cette humanité, tous les hommes ne survivent pas grâce aux céréales. Les gens ont différents moyens de survie en raison des différences dans les environnements géographiques et les terrains. Ces moyens de survie ont tous été préparés par Dieu. Donc, tous les humains ne sont pas principalement engagés dans l’agriculture. Autrement dit, tous n’obtiennent pas leur nourriture en plantant des cultures. C’est la troisième partie dont nous allons parler : les limites sont apparues en raison de la variété des différents styles de vie de l’humanité. Alors, quels sont les autres styles de vie des humains ? Concernant les différents genres de sources alimentaires, quelles autres sortes de gens y a-t-il ? Il y en a plusieurs types principaux.

Des limites ont été établies à partir de la variété des styles de vie de l’humanité

Le premier est la chasse. Tout le monde sait ce que c’est. Que mangent les gens qui vivent de la chasse ? (Du gibier.) Ils mangent les oiseaux et les animaux de la forêt. « Gibier » est un mot moderne. Les chasseurs n’y pensent pas comme à du gibier ; ils y pensent comme à de la nourriture, leur subsistance quotidienne. Par exemple, ils prennent un cerf. Quand ils prennent ce cerf, c’est comme un fermier qui obtient de la nourriture du sol. Le cultivateur obtient des récoltes du sol, et, quand il voit cette nourriture, il est heureux et se sent rassuré. Grâce à ces récoltes, la famille n’aura pas faim. Le fermier n’a pas le cœur inquiet et il se sent satisfait. Le chasseur aussi se sent rassuré et satisfait quand il regarde ce qu’il a pris, car il n’a plus à se soucier de la nourriture. Il y a quelque chose à manger pour le prochain repas et aucune raison d’avoir faim. Voilà quelqu’un qui chasse pour sa subsistance. La majorité de ceux qui vivent de la chasse habitent dans les forêts des montagnes. Ils ne cultivent pas. Il n’est pas facile d’y trouver des terres arables, alors ils se nourrissent d’une variété d’êtres vivants et de toutes sortes de proies. Tel est le premier genre de style de vie qui diffère des gens ordinaires.

Le second mode de vie est celui de l’éleveur. Ceux qui élèvent des bêtes cultivent-ils la terre ? (Non.) Alors, que font-ils ? Comment vivent-ils ? (Essentiellement, ils élèvent du bétail et des brebis, et en hiver ils abattent et mangent leur bétail. Leur nourriture de base est le bœuf et le mouton, et ils boivent du thé au lait. Bien que les éleveurs soient occupés pendant les quatre saisons, ils mangent bien. Ils ont abondance de lait, de produits laitiers et de viande.) Les gens qui élèvent des animaux pour vivre mangent principalement du bœuf et du mouton, boivent du lait de brebis et du lait de vache et montent à cheval et à dos de bête pour rassembler leurs animaux dans la plaine, les cheveux au vent et le visage au soleil. Ils n’ont pas le stress de la vie moderne. Toute la journée, ils ne voient que de grandes étendues de ciel bleu et de prairies. La grande majorité des éleveurs vivent sur les prairies et ils ont pu continuer leur mode de vie nomade pendant des générations. Bien qu’elle soit un peu solitaire, la vie sur les prairies est aussi une vie très heureuse. Ce n’est pas un mauvais mode de vie !

Le troisième type est le mode de vie de la pêche. Une petite partie de l’humanité vit au bord de l’océan ou sur de petites îles. Ces habitants sont entourés d’eau, face à l’océan. Ils vivent de la pêche. Quelle est la source de nourriture pour ceux qui vivent de la pêche ? Leurs sources de nourritures comprennent toutes sortes de poissons, de fruits de mer et d’autres produits de la mer. Les gens qui pêchent pour vivre ne cultivent pas la terre, mais consacrent toutes leurs journées à pêcher. Leur nourriture de base comprend divers types de poissons et de produits de la mer. Ils troquent parfois un peu de ces choses pour du riz, de la farine et des objets nécessaires à la vie de tous les jours. C’est là un style de vie différent que mènent les gens qui vivent au bord de l’eau. Vivant près de l’eau, ils dépendent d’elle pour leur nourriture et vivent de la pêche. La pêche ne leur procure pas seulement une source de nourriture, mais aussi un moyen de subsistance.

En plus de cultiver la terre, l’humanité, en majeure partie, vit selon les trois modes de vie mentionnés plus haut. Cependant, la grande majorité des gens vit de l’agriculture, avec seulement quelques groupes de gens qui vivent de l’élevage, de la pêche et de la chasse. Or de quoi ont besoin ceux qui vivent de l’agriculture ? Ils ont besoin de terres. Génération après génération, ils vivent des récoltes qu’ils plantent dans le sol. Qu’ils plantent des légumes, des fruits ou des céréales, c’est de la terre qu’ils obtiennent leur nourriture et les produits de première nécessité.

Quelles sont les conditions de base qui étayent ces différents styles de vie humains ? N’est-il pas absolument nécessaire que les environnements où sont capables de survivre les hommes soient préservés à un niveau élémentaire ? Autrement dit, si ceux qui vivent de la chasse perdaient les forêts des montagnes ou les oiseaux et les animaux, la source de leur subsistance disparaîtrait. Pour cette ethnie et cette sorte de gens, la direction à prendre deviendrait incertaine et ils pourraient même être amenés à disparaître. Et qu’en est-il de ceux qui élèvent des animaux ? De quoi dépendent-ils ? Ce dont ils sont vraiment dépendants n’est pas leur bétail, mais l’environnement dans lequel leur bétail est capable de survivre : les prairies. S’il n’y avait pas de prairies, où les éleveurs feraient-ils paître leur bétail ? Que mangeraient les bovins et les moutons ? Sans le bétail, ces peuples nomades n’auraient aucun moyen de subsistance. Sans une source de subsistance, où ces gens-là iraient-ils ? Il leur deviendrait très difficile de continuer à survivre ; ils n’auraient pas d’avenir. S’il n’y avait pas de sources d’eau et que les rivières et les lacs s’asséchaient complètement, tous ces poissons, qui dépendent de l’eau pour vivre, existeraient-ils encore ? Ils n’existeraient pas. Les gens qui dépendent de l’eau et des poissons pour leur subsistance continueraient-ils à survivre ? Quand ils n’ont plus de nourriture, quand ils n’ont plus leur source de subsistance, ces gens ne peuvent pas continuer à survivre. Autrement dit, si un peuple ethnique, quel qu’il soit, rencontre un problème avec ses moyens de subsistance ou sa survie, alors ce peuple ethnique ne se perpétue plus et peut disparaître et s’éteindre. Et si les cultivateurs perdent leur terre, s’ils ne peuvent pas cultiver toutes sortes de plantations et tirer de la nourriture de ces plantations, quel est alors le résultat ? Sans nourriture, les gens ne mourraient-ils pas de faim ? Si les gens meurent de faim, ce type d’être humain n’est-il pas effacé ? Tel est donc le dessein de Dieu dans le maintien d’environnements variés. Dieu n’a qu’un seul but en maintenant des environnements et des écosystèmes variés et tous les différents êtres vivants à l’intérieur : c’est de nourrir toutes sortes d’hommes, de nourrir les hommes qui vivent dans les différents environnements géographiques.

Si toutes les choses de la création perdaient leurs propres lois, elles n’existeraient plus ; si les lois de toutes choses étaient perdues, alors les êtres vivants parmi toutes choses ne seraient pas en mesure de se perpétuer. Les humains perdraient également les environnements desquels ils dépendent pour leur survie. Si les humains perdaient tout cela, ils ne pourraient pas continuer, comme ils l’ont fait, à prospérer et à se multiplier de génération en génération. Les êtres humains ont survécu jusqu’à présent parce que Dieu leur a fourni toutes les choses de la création pour les nourrir, pour nourrir l’humanité de différentes manières. C’est seulement parce que Dieu nourrit l’humanité de différentes manières qu’elle a survécu jusqu’à présent, jusqu’à nos jours. Avec un environnement de survie stable qui est favorable et dans lequel les lois naturelles sont en ordre, toutes les différentes sortes de gens sur la terre, toutes les différentes races peuvent survivre dans leurs propres régions. Personne ne peut aller au-delà de ces régions ni des frontières entre elles parce que c’est Dieu qui les a définies.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique IX », dans La Parole apparaît dans la chair

Laissez un commentaire