Comment être emmené dans le royaume des cieux ?

Le soir, le soleil couchant descendait progressivement de l’horizon, une chaleur intense remplissant l’air. Après avoir dîné très tôt, des hommes âgés, avec de petits tabourets, s’était assis par deux ou trois, et discutaient entre eux. Quelques vilains enfants couraient partout et un petit chat plissa les yeux et gisait paresseusement sous l’avant-toit.

Soudain, les cris du père sortent d’une chambre de famille : « Je vois qu’il n’y a que Jésus dans ton cœur. Tu te fiches de tes parents ou de cette famille. A croire en Jésus, toi, de plus de trente ans, ne te mari pas et ne travaille pas. De plus, tu as été arrêté et emprisonné pendant trois ans. Peu de temps après ta libération, tu seras de nouveau dehors. Va-t’en ! Va-t’en vite ! Ne reviens jamais. Je n’ai pas de fille de ton genre !

La voix perturbait les gens qui jouissaient de la fraicheur du soir. Un vieillard a secoué la tête et dit : « N’étant pas revenu depuis très longtemps, Jiahui offense encore son père. » « Oui. Pour croire au Seigneur, elle a abandonné la maison et ses occupations pendant plus de dix ans, et a passé trois ans en prison. Elle vient de sortir, mais son père l’a encore chassé. » Secouant la tête et poussant un profond soupir, un autre vieillard dit.

Jiahui est prédicatrice d’une église familiale. Elle a une intelligence innée. Elle a accepté l’évangile du Seigneur Jésus à l’âge de douze ans. Depuis lors, voilà vingt ans qu’elle a la foi en le Seigneur. Et elle a étudié la théologie pendant trois ans. Aujourd’hui, c’est une excellente prédicatrice. Cependant, ses parents éprouvent de la répulsion envers sa foi dans le Seigneur. Voilà, ils l’ont chassée.

Au bout d’un moment, Jiahui est sorti de la maison familiale avec sa valise, les yeux pleins de larmes, mais ses pas avançaient fermement. Elle a regardé ces personnes âgées familières avec un sourire et a disparu de leur vue le long de l’allée.

Elle est venue aux lieux de rassemblement des collaborateurs, a déposé sa valise et s’est assise sur une chaise. Tout le monde avait les yeux fixés sur elle. Ils sont devenus immédiatement silencieux.

De ses côtés, Liu Xiaoping, lui a demandé d’une voix calme : « As-tu été chassé de nouveau par ta famille ? Tes parents sont-ils toujours en colère contre toi ? »

Jiahui a secoué la tête d’un soupir et a dit avec un sourire amère : « Oui. Comment peuvent-ils me comprendre ? Les points de vue des croyants ne s’accordent pas avec ceux des non-croyants. Ceci est la croix que je dois porter. Si nous ne souffrons pas, nous n’allons pas obtenir l’approbation du Seigneur. Les prophéties de la venue du Seigneur se sont maintenant toutes accomplies. Le Seigneur nous emportera bientôt dans Sa demeure céleste. Que le royaume des cieux est merveilleux ! Endurer cette souffrance maintenant est temporaire. N’est-il pas dit dans la Bible : “Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au-delà de toute mesure” (2 Corinthiens 4, 17). En pensant aux bénédictions de l’avenir, je pense que peu importe combien nous souffrons et peu importe combien de larmes nous versons pour le Seigneur, ils en ont valu la peine ! Quand le Seigneur reviendra nous emporter, nous ne souffrirons plus. »

Comment être emmené dans le royaume des cieux ?

Tapotant Jiahui sur l’épaule, Liu Xiaoping dit : « Oui souffrir pour le Seigneur c’est notre bénédiction. » Avec ces mots, Liu Xiaoping a baissé le ton et a dit : « Cependant, j’y pense depuis quelque temps : Le Seigneur Jésus dit : “Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7, 21). Je pense toujours que malgré le fait que nous sacrifions quelque chose et travaillons dur, nous péchons toujours et offensons le Seigneur. Nous nous plaindrons contre le Seigneur face à quelque chose de fâcheux, en travaillant, nous suivons nos propres intentions, nous n’avons pas la place du Seigneur dans notre cœur, et nous ne considérons pas obéir à sa volonté. Comment pouvons-nous ainsi être appelés des gens qui obéissent à la volonté du Père céleste ? Une question est restée longtemps dans mon cœur : Avons-nous les qualités requises pour entrer dans le royaume des cieux ? »

Sœur Gao, connaissant bien ce sentiment elle-même, a dit : « Pendant mon temps libre, je me questionne souvent : Suis-je celle qui obéit à la voie du Seigneur pendant les quarante dernières années de ma foi dans le Seigneur ? Suis-je habilité pour entrer dans le royaume des cieux ? Serai-je emporté quand le Seigneur reviendra ? Le seigneur a dit : “En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours” (Jean 8, 34-35). Dieu est saint et Son royaume est un lieu saint. Bien que j’aie sacrifié et travaillé pour le Seigneur pendant de nombreuses années, j’ai souvent péché et menti ; je n’ai pas commis de grands maux, mais je ne peux encore être purifié. Comment puis-je avoir les qualités requises pour entrer dans le royaume des cieux ? Plus j’y pense, plus je me sens mal à l’aise. »

Wei Defu d’un côté a pris les rênes et a dit avec assurance : « Sœur Gao, toute ta vie tu as travaillé dur pour le Seigneur. Tu étais en prison depuis dix ans et avez tant souffert, à cause de votre prédication, mais tu n’as pas nié le nom du Seigneur. Ceci prouve que tu as témoigné pour le Seigneur. Il est certainement à être louer par le Seigneur. Bien que nous péchions parfois, disions des mensonges et ne puissions mettre en pratique la parole du Seigneur, Il ne nous condamnera pas comme pêcheurs car Il a une grâce abondante. En croyant le Seigneur, nous pouvons être sauvés et entrer dans le royaume des cieux par grâce. Ceci est ma compréhension. » Jiahui a secoué la tête d’un côté.

En regardant Jiahui et Wei Defu, le Frère Zheng An a réfléchit un moment et a dit : « Je ne suis pas d’accord avec toi. Il est juste pour nous d’œuvrer pour le Seigneur. Cependant, le fait de travailler dur peut-il signifier que nous sommes saints, que nous obéissons à la voie de Dieu, et que nous avons été constamment en accord avec la volonté de Dieu ? Le Seigneur dit : “Vous serez saints, car je suis saint” (1Pierre 1, 16). Actuellement, bien que nous puissions travailler dur et montrer quelques bons comportements, nous n’avons pas encore beaucoup exercé la parole du Seigneur. Tout comme aimer les autres comme nous-mêmes, aimer nos ennemis et être la lumière du monde et le sel de la terre, ces choses n’ont pas été accomplies sur nous. Nous commettons souvent des péchés et les confessons. Dans quel sens sommes-nous le peuple saint ? Nous désirons ainsi être emmenés dans le royaume des cieux. N’est-ce pas un peu irréaliste ? » Tout le monde a penché la tête et n’a rien dit. L’air semblait avoir été gelé.

En ce moment, Jiahui a froncé les sourcils en disant avec perplexe : « Nous avons tout abandonné pour suivre le Seigneur, répandre l’évangile, sacrifier, être en prison, et payer le prix de la souffrance pour le Seigneur. N’était-ce pas obéir à la volonté du Père céleste ? L’apôtre Paul a dit : “J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée…” (2 Timothée 4, 7-8). Vous voyez, il existe tant de croyants dans le Seigneur. Combien d’entre eux peuvent vraiment tout abandonner pour prêcher l’évangile et faire de grands sacrifices pour le Seigneur ? Ceux qui travaillent dur sont ceux qui seront récompensés par le Seigneur dans le royaume des cieux. Tant que nous avons la foi, que nous abandonnons toutes choses, que nous répandons davantage l’évangile et que nous travaillons dur pour le Seigneur, nous sommes certains d’entrer dans le royaume des cieux à la fin. »

Avec approbation, Wei Defu a dit : « Jiahui a raison. Le Frère Paul nous a indiqué cette voie. Je crois fermement que nous pourrons entrer dans le royaume des cieux, à condition que nous faisons beaucoup de sacrifices et en payons le prix selon ses instructions. »

Liu Xiaoping était un peu confus face à cette discussion, murmurant : « Ces paroles sont clairement dites par Paul. Cependant, juste parce qu’ils sont écrits dans la Bible, ils sont considérés comme les paroles de Dieu. Sont-elles les paroles de Paul ou celles de Dieu ? Les paroles de Paul peuvent-elles vraiment représenter les paroles de Dieu ? »

« Nous, qui croyons au Seigneur, nous devons utiliser la parole du Seigneur comme base pour tout, surtout pour entrer dans le royaume des cieux », le Frère Zheng An a dit, sévèrement et solennellement : « Les paroles de Paul et d’autres apôtres ont été enregistrées dans la Bible, mais elles ne peuvent pas représenter les paroles du Seigneur Jésus. De plus, le Seigneur n’a pas remarqué que le chemin que Paul avait parcouru était correct, ni que Paul avait déjà été emmené dans le royaume des cieux. D’après ce que Paul a dit, nous pourrons obtenir des récompenses et entrer dans le royaume des cieux, à condition de travailler dur pour le Seigneur. Si oui, tous les pharisiens juifs qui entouraient la mer et la terre en répandant l’évangile mais résistaient et condamnaient le Seigneur Jésus ne pourraient-ils pas entrer dans le royaume des cieux ? Ceux qui prêchent et chassent les démons au nom du Seigneur, mais qui ne suivent donc pas la voie de Dieu, ne pourraient-ils pas aussi avoir les qualités pour entrer dans le royaume céleste ? Ce point de vue n’est-il pas contraire à celui du Seigneur Jésus ? D’après la Bible nous n’avons pas vu que le Seigneur ait jamais dit de telle que “ceux qui travaillent dur peut entrer dans le royaume des cieux, ceux qui abandonnent tout et paient le prix peuvent obtenir l’approbation du Seigneur. ” Au contraire, Il nous l’a dit clairement : “Vous serez saints, car je suis saint” (1Pierre 1, 16), et “Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7, 21). Par les paroles du Seigneur, nous pouvons être sûrs que nous avons été pardonnés de nos péchés mais que nous ne sommes pas habilités à entrer dans le royaume des cieux. Nous ne pourrons entrer dans le royaume des cieux que lorsque nous serons purifiés et deviendrons les hommes qui peuvent réaliser la volonté de Dieu. Le fait que nous croyons en Dieu en nous appuyant sur des notions et des imaginations viole la volonté du Seigneur et dévie de Son chemin. Non seulement nous ne pouvons pas obtenir l’approbation du Seigneur, mais nous serons détestés par Lui. » Entendant la vive réfutation de Zheng An, Jiahui s’est empressé de parcourir dans la Bible, les écritures que Zheng An venait de mentionné. Elle a aussitôt tissé ses sourcils, a fermé la Bible, puis a baissé la tête profondément en pensée. Wei Defu, cependant, s’est assis indifféremment à l’écart.

La sœur Gao a dit avec émotion : « Correcte. Les personnes qui peuvent entrer dans le royaume des cieux sont ceux qui doivent se débarrasser du péché et être purifiés, et qui peuvent obéir à la voie de Dieu, se soumettre à Dieu, aimer Dieu et L’adorer. Puisque Dieu est Saint. Ceux qui entrent dans le Royaume des cieux vivront avec Dieu. Comment un homme impur peut-il entrer dans le royaume de Dieu? Rappelons-nous de juives pharisiennes de cette époque. Pourquoi tout ce qu’ils ont fait ne pouvait pas être approuvé par le Seigneur Jésus ? Principalement parce qu’ils ont souffert pour prêcher en fait afin d’obtenir des profits et des récompenses. Dieu est juste. Il peut voir dans la profondeur du cœur de l’homme. Ainsi, quand le Seigneur Jésus est venu pour accomplir Son œuvre, ils ont été complètement exposés. Afin de sauvegarder leur position et leurs moyens d’existence, ils ont condamné et résisté farouchement au Seigneur Jésus, Lui ont été hostiles et L’ont crucifié. En conséquence, ils ont subi la malédiction et la punition de Dieu. Cela est un fait avéré. Bien que nous puissions tout abandonner et travailler dur, nous n’agissons pas par amour pour le Seigneur, mais pour obtenir des bénédictions et des récompenses. Pourrons-nous être considéré comme saints? Nous ne pouvons pas du tout atteindre le niveau d’entrée dans le royaume des cieux ! »

Jiahui ne pouvait s’empêcher de se sentir un peu triste, en entendant ceci. Elle a pensé à la parole du Seigneur : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22, 37-39). Cependant, pendant ces années de sa foi dans le Seigneur, elle a tout abandonné et a travaillé dur en échange de récompenses et pour entrer dans le royaume des cieux au lieu d’obéir et aimer le Seigneur. Si elle tient à ce point de vue pour aller de l’avant, alors elle suit exactement le même chemin que celui des Pharisiens. Comme on peut le constater, le travail dur n’est pas d’une importance primordial. Au contraire, le plus important est de suivre les commandements du Seigneur, de se soumettre à Lui et de L’aimer. Après la discussion acharnée, Jiahui a vu plus clairement et plus distinctement devant elle, la manière de croire en Dieu.

Traduction par christopher azibo