Menu

Dieu demande à Abraham de sacrifier Isaac

L’œuvre de gestion et du salut de l’humanité par Dieu commence par Abraham sacrifiant Isaac

Après qu’Il eut donné un fils à Abraham, les paroles que Dieu avait dites à Abraham furent accomplies. Cela ne signifie pas que le plan de Dieu s’est arrêté là. Au contraire, Son magnifique plan pour la gestion et le salut de l’humanité ne faisait que commencer. Sa bénédiction d’un fils à Abraham n’était qu’un prélude à Son plan de gestion global. À ce moment-là, qui savait que la bataille de Dieu avec Satan avait commencé tranquillement quand Abraham offrit Isaac ?

Abraham sacrifie Isaac

Il importe peu à Dieu que l’homme soit insensé, Il demande seulement que l’homme soit sincère

Maintenant, regardons ce que Dieu a fait à Abraham. Dans Genèse 22:2, Dieu a donné l’ordre suivant à Abraham : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. » Ce que Dieu voulait dire était clair : Il disait à Abraham de donner en holocauste son fils unique, Isaac, qu’il aimait. En regardant cela aujourd’hui, l’ordre de Dieu est-il encore en contradiction avec les notions de l’homme ? Oui ! Tout ce que Dieu a fait en ce temps-là va à l’encontre des notions de l’homme et lui est incompréhensible. Selon leurs notions, les gens croient ce qui suit : alors qu’un homme ne croyait pas et pensait que c’était impossible, Dieu lui a donné un fils et, après qu’il l’eut obtenu, Dieu lui demanda de le Lui offrir. C’est incroyable ! Que Dieu avait-il véritablement l’intention de faire ? Quel était Son but réel ? Il a donné un fils à Abraham, inconditionnellement, mais Il lui a aussi demandé de faire une offrande inconditionnelle. Était-ce excessif ? Du point de vue d’une tierce personne, c’était non seulement excessif, mais aussi quelque peu « créer une tempête dans un verre d’eau ». Mais Abraham lui-même ne croyait pas que Dieu en demandait trop. Bien qu’il eût quelques opinions peu importantes sur le sujet et qu’il se méfiât un peu de Dieu, il était quand même prêt à présenter l’offrande. À ce stade, que vois-tu qui prouve qu’Abraham était prêt à offrir son fils ? Que dit-on dans ces versets ? Le texte original raconte ce qui suit : « Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit » (Genèse 22:3). « Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils » (Genèse 22:9-10). Quand Abraham tendit la main et prit le couteau pour égorger son fils, Dieu voyait-Il ses actions ? Oui. Tout le processus depuis que Dieu demanda à Abraham de sacrifier Isaac, jusqu’au moment où Abraham leva effectivement son couteau pour égorger son fils, a révélé le cœur d’Abraham à Dieu. Indépendamment de sa sottise, son ignorance et son incompréhension passées de Dieu, son cœur pour Dieu était, à ce moment-là, sincère et honnête. Il allait vraiment Lui restituer Isaac, le fils que Dieu lui avait donné. En lui, Dieu vit de l’obéissance, celle même qu’Il désirait.

Selon l’homme, Dieu fait beaucoup de choses incompréhensibles, et même incroyables. Quand Dieu souhaite soumettre quelqu’un à Son orchestration, celle-ci est souvent en contradiction avec les conceptions de l’homme et lui est incompréhensible, mais c’est précisément cette dissonance et cette incompréhensibilité qui sont Son épreuve et Son test pour l’homme. Abraham, lui, fut capable de faire preuve d’obéissance à Dieu en lui-même, ce qui était la condition la plus fondamentale de sa capacité à satisfaire Son exigence. C’est seulement quand Abraham fut capable d’obéir à Son exigence, quand il offrit Isaac, que Dieu sentit vraiment du réconfort et de l’approbation envers l’humanité, envers Abraham qu’Il avait choisi. C’est seulement à ce moment-là que Dieu fut certain que cet homme qu’Il avait choisi était un guide indispensable qui pouvait réaliser Sa promesse et Son plan de gestion ultérieur. Bien que ce ne fût qu’une épreuve et qu’un test, Dieu fut satisfait, Il sentit l’amour de l’homme pour Lui et Se sentit réconforté par lui comme jamais auparavant. Au moment où Abraham a levé son couteau pour égorger Isaac, Dieu l’a-t-Il arrêté ? Dieu n’a pas laissé Abraham sacrifier Isaac, car Il n’avait simplement pas l’intention de prendre sa vie. Par conséquent, Dieu a arrêté Abraham juste à temps. Pour Dieu, son obéissance avait déjà passé le test, ce qu’il avait fait était suffisant, et Dieu avait déjà vu le résultat de ce qu’Il avait l’intention de faire. Ce résultat était-il satisfaisant pour Lui ? On peut dire que oui, que c’était ce qu’Il voulait et ce qu’Il désirait voir. Est-ce vrai ? Bien que Dieu teste chaque personne de différentes manières selon le contexte, Il a vu en Abraham ce qu’Il voulait, Il a vu que son cœur était sincère et son obéissance inconditionnelle. C’était précisément cette inconditionnalité que Dieu désirait. Les gens disent souvent : « J’ai déjà offert ceci. J’ai déjà renoncé à cela. Pourquoi Dieu n’est-Il toujours pas satisfait de moi ? Pourquoi continue-t-Il à me soumettre à des épreuves ? Pourquoi continue-t-Il à me tester ? » Cela démontre un fait : Dieu n’a pas vu ton cœur et ne l’a pas gagné. Autrement dit, Il n’a pas vu la sincérité qu’Il vit quand Abraham fut capable de lever son couteau pour égorger son fils de sa propre main et le Lui offrir. Il n’a pas vu ton obéissance inconditionnelle et n’a pas été réconforté par toi. Il est donc naturel qu’Il continue à te tester. N’est-ce pas la vérité ?

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair

Laissez un commentaire