Menu

Comment discerner le vrai chemin des faux chemins à la seconde venue du Seigneur

Question : Récemment, j’ai appris la nouvelle du retour du Seigneur, mais je n’ai pas osé enquêter de peur d’être trompé. Je veux savoir comment discerner le vrai chemin des faux chemins à la seconde venue du Seigneur ?

Pour discerner le vrai chemin des faux chemins, nous devons voir s’il est accompagné par l’œuvre de l’Esprit Saint, s’il a l’expression de la vérité. Si c’est le vrai chemin, il nous apportera de plus en plus la connaissance de Dieu, il nous aidera à nous rapprocher de plus en plus de Dieu en lisant les paroles de Dieu et en faisant l’expérience de l’œuvre de Dieu, et il rendra notre humanité de plus en plus normale, de sorte que nous puissions graduellement haïr les péchés et être transformé dans le tempérament vital. Ce sont les facteurs les plus importants.

Comme Dieu l’a dit : « Quel est le principe le plus fondamental dans la recherche du vrai chemin ? Tu dois pouvoir déterminer de cette manière si, oui ou non, il s’agit de l’œuvre du Saint-Esprit, si, oui ou non, ces paroles sont l’expression de la vérité, de qui elles témoignent, et ce que cela peut t’apporter. Distinguer le vrai chemin du faux chemin nécessite de considérer plusieurs aspects de la connaissance de base, le plus fondamental de tous étant la faculté à dire si, oui ou non, il s’agit de l’œuvre du Saint-Esprit. Car la substance de la croyance de l’homme en Dieu est la croyance en l’Esprit de Dieu, et même sa croyance en Dieu incarné existe parce que cette chair est la personnification de l’Esprit de Dieu, ce qui veut dire qu’une telle croyance est toujours la croyance en l’Esprit. Il existe des différences entre l’Esprit et la chair, mais parce que cette chair vient de l’Esprit, et est la Parole faite chair, ce en quoi l’homme croit est donc encore l’essence inhérente de Dieu. Et donc, à distinguer si, oui ou non, c’est le vrai chemin, tu dois par-dessus tout chercher à savoir si, oui ou non, il y a l’œuvre du Saint-Esprit, après quoi, tu dois chercher à savoir si, oui ou non, il y a la vérité dans ce chemin. Cette vérité est le tempérament de vie de l’humanité normale, ce qui veut dire que ce qui était attendu de l’homme quand Dieu le créa au commencement, à savoir, tout ce qui relève de l’humanité normale (y compris la raison, la perspicacité, la sagesse de l’homme et les connaissances de base inhérentes à la nature de l’homme). Autrement dit, tu dois regarder si, oui ou non, ce chemin peut amener l’homme dans une vie de l’humanité normale, si, oui ou non, la vérité dont il est question est nécessaire en fonction de la réalité de l’humanité normale, si, oui ou non, cette vérité est pratique et réelle et si, oui ou non, elle est plus opportune. S’il y a la vérité, alors elle est capable d’amener l’homme vers des expériences normales et réelles ; l’homme, par ailleurs, devient de plus en plus normal, le bon sens de l’homme devient de plus en plus complet, la vie de l’homme dans la chair et la vie spirituelle deviennent de plus en plus ordonnées, et les émotions de l’homme deviennent de plus en plus normales. Tel est le deuxième principe. Il y a un autre principe, qui consiste à savoir si l’homme a une connaissance accrue de Dieu, si, oui ou non, faire l’expérience d’un tel travail et d’une telle vérité peut inspirer un amour de Dieu en lui, et le rapprocher toujours davantage de Dieu. Par ce principe, on peut évaluer si, oui ou non, c’est le vrai chemin. Le plus important, c’est de savoir si ce chemin est réaliste plutôt que surnaturel, et s’il est capable ou pas de fournir la vie de l’homme. S’il est conforme à ces principes, la conclusion que l’on peut en tirer, c’est que ce chemin est le vrai chemin. »

D’après les paroles de Dieu, nous pouvons voir que pour discerner le vrai chemin des faux chemins, nous devons déterminer selon trois aspects. D’abord, nous devons voir s’il y a l’œuvre du Saint-Esprit. Puisque c’est le vrai chemin, c’est sûrement l’œuvre de Dieu Lui-même, et sera sûrement accompagné par l’œuvre du Saint-Esprit. Par exemple, quand Jésus faisait Son œuvre, bien qu’Il semblait être un homme ordinaire et normal, les gens pouvaient voir de Son œuvre et de Sa parole qu’Il était accompagné du Saint-Esprit, parce que les gens pouvaient tous voir que Son œuvre et Sa parole étaient remplis d’autorité et de pouvoir. Il a fait voir les aveugles, Il a fait marcher les boiteux, il a nourri cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons, et Il a même ressuscité les morts. Il a observé les cœurs et les esprits et a révélé les choses cachées sombres de l’homme. Et Il a aussi dit les mystères dans le ciel. Les gens ressentaient la paix et la joie dans leur cœur après L’avoir suivi. En ce temps-là, les gens suivaient le Seigneur Jésus et Le reconnaissaient comme le Messie à venir, parce qu’ils voyaient que toute Son œuvre était accomplie par l’Esprit Saint. Deuxièmement, nous devons discerner s’il y a l’expression de la vérité et si le tempérament vital de l’homme peut être progressivement changé et son humanité peut devenir de plus en plus normale. Par exemple, lorsque le Seigneur Jésus a commencé l’œuvre de l’ère de la Grâce, Il a exprimé beaucoup de vérités que les gens à cette époque devaient pratiquer. Il leur a appris à aimer leur prochain comme eux-mêmes, à porter la croix, à pardonner aux autres soixante-dix fois sept fois, à adorer Dieu en esprit et en vérité, et ainsi de suite. Tous ceux qui croyaient vraiment en Dieu ont subi quelques changements dans leurs actions extérieures grâce aux enseignements du Seigneur Jésus, et ont vécu la ressemblance d’un homme normal dans une certaine mesure. Troisièmement, nous pouvons le juger par le fait que s’il peut apporter à l’homme une connaissance de plus en plus grande de Dieu et s’il peut éveiller son amour pour Dieu et le rapprocher toujours plus de Dieu. Par exemple, à l’ère de la Loi, l’Eternel a décrété des lois pour guider la vie de l’homme sur terre, et en expérimentant Son œuvre, ils savaient que l’Eternel seul était le seul vrai Dieu. Ils savaient aussi que Son tempérament était la majesté et la malédiction et ne pouvait être offensé, et par conséquent ils craignaient Dieu. Dans l’ère de la Grâce, Dieu s’est incarné dans le monde et a fait l’œuvre de la rédemption de l’humanité, et les gens savaient en faisant l’expérience de l’œuvre de Jésus que le tempérament de Dieu était amour et miséricorde et ont vu que Dieu n’était pas seulement Esprit mais pouvait devenir chair et s’humilier pour être un homme et faire des signes et des prodiges, guérir les malades et chasser les démons… Toute l’œuvre de Jésus a apporté à l’homme une nouvelle connaissance de Dieu et a éveillé davantage son amour pour Dieu.

Bien que l’œuvre de Dieu progresse toujours, tant que c’est l’œuvre accomplie par Dieu Lui-même et la vraie voie, elle doit remplir les trois conditions ci-dessus. C’est-à-dire, il doit y avoir l’œuvre du Saint-Esprit, il doit y avoir l’expression de la vérité, et il doit apporter à l’homme de plus en plus la connaissance de Dieu et l’attirer toujours plus près de Dieu. Si nous discernons le vrai chemin par ces trois normes, nous verrons le vrai du faux et suivrons le rythme de l’œuvre présente de Dieu et recevrons la vérité, le chemin, et la vie et de plus grandes promesses et bénédictions de Dieu.

Nous recommandons:

Comment distinguer la vraie église des fausses

Film chrétien « Du trône de Dieu s'écoule l'eau de la vie »  Pour étudier le retour du Seigneur, écoutons la voix de Dieu(Partie 3/9)

Les anciens et les pasteurs religieux sont-ils vraiment tous établis par Dieu ? L’obéissance aux anciens et aux pasteurs religieux, ainsi que leur acceptation, peuvent-elles signifier obéir à Dieu et suivre Dieu ?

Laissez un commentaire