Menu

Dieu équilibre les relations entre toutes choses pour donner à l’humanité un environnement de survie stable

Dieu manifeste Ses actes parmi toutes les choses, parmi toutes les choses sur lesquelles Il règne et Il contrôle les lois de toutes choses. Nous venons de parler de la façon dont Dieu règne sur les lois de toutes choses ainsi que de la façon dont Il prend soin de toute l’humanité et la nourrit en vertu de ces lois. C’est un aspect. Maintenant, nous allons parler d’un autre aspect, qui est une façon que Dieu utilise pour avoir le contrôle sur tout. Je parle de la façon dont, après avoir créé toutes choses, Dieu a équilibré les relations entre elles. Il s’agit d’un thème plutôt vaste pour vous. Équilibrer les relations entre toutes choses, est-ce quelque chose que les gens peuvent accomplir ? Non, les humains sont incapables d’un tel exploit. Les gens ne sont capables que de destruction. Ils ne peuvent pas équilibrer les relations entre toutes choses ; ils ne peuvent pas les gérer et une autorité et un pouvoir si grands ne sont pas à la portée de l’humanité. Seul Dieu Lui-même a le pouvoir de faire ce genre de chose. Or quel est le but de Dieu en faisant une telle chose ? À quoi cela sert-il ? Cela aussi est étroitement lié à la survie de l’humanité. Chaque chose que Dieu veut faire est nécessaire : il n’y a rien qu’Il puisse ou ne puisse pas faire. Pour protéger la survie de l’humanité et donner aux hommes un environnement de survie favorable, il y a certaines choses indispensables et vitales qu’Il doit faire.

Dieu équilibre les relations entre toutes choses pour donner à l’humanité un environnement de survie stable

D’après la signification littérale de l’expression « Dieu équilibre toutes choses », le thème semble couvrir beaucoup de choses. D’abord, il donne aux gens le concept selon lequel « l’équilibre de toutes choses » fait aussi référence à la maîtrise de Dieu sur toutes choses. Que signifie ce mot : « équilibre » ? Premièrement, « équilibre » fait référence au fait de ne pas permettre que quelque chose perde l’équilibre. C’est comme l’utilisation de balances pour peser les choses. Pour équilibrer les balances, le poids des deux côtés doit être le même. Dieu a créé beaucoup de différents types de choses : des choses qui sont fixées à leur place, des choses qui bougent, des choses qui vivent, des choses qui respirent, ainsi que des choses qui ne respirent pas. Est-il facile pour toutes ces choses de parvenir à une relation d’interdépendance, d’interconnexion où toutes se renforcent entre elles et se maîtrisent mutuellement ? Il y a certainement des principes en tout cela, mais ils sont très compliqués, n’est-ce pas ? Ce n’est pas difficile pour Dieu, mais pour les gens, c’est un sujet très compliqué à étudier. « Équilibre » est un mot très simple. Cependant, si les gens devaient l’étudier et si les gens avaient besoin de créer eux-mêmes un équilibre, alors même si toutes sortes d’universitaires s’y consacraient – biologistes, astronomes, physiciens, chimistes, et même historiens –, quel serait le résultat final de cette recherche ? Son résultat ne serait rien, car la création de toutes choses par Dieu est trop incroyable et l’humanité n’en percera jamais les secrets. Quand Dieu a créé toutes les choses, Il a établi des principes pour elles, Il a établi différentes façons de survie par le contrôle, la complémentarité et la subsistance mutuels. Ces méthodes variées sont très complexes et elles ne sont certainement pas simples ou unidirectionnelles. Lorsque les hommes utilisent leur esprit, les connaissances qu’ils ont acquises et les phénomènes qu’ils ont observés pour confirmer ou étudier les principes sous-jacents au contrôle de toutes choses par Dieu, ces choses sont extrêmement difficiles à découvrir et c’est également très difficile d’atteindre un quelconque résultat. C’est très dur pour les hommes d’obtenir des résultats, quels qu’ils soient ; c’est très difficile pour les hommes de maintenir leur équilibre alors qu’ils se fondent sur un raisonnement humain et sur des connaissances pour gouverner toutes les choses de la création de Dieu. C’est parce que si les hommes ne connaissent pas les principes de survie de toutes les choses, ils ne sauront pas comment protéger ce type d’équilibre. Donc, si les gens devaient gérer et gouverner toutes les choses, ils seraient très susceptibles de détruire cet équilibre. Dès que l’équilibre serait détruit, les environnements de survie de l’humanité seraient détruits, et quand cela arriverait, ce serait suivi d’une crise quant à la survie de l’humanité. Cela entraînerait une catastrophe. Si les hommes vivaient une catastrophe, quel serait leur avenir ? Le résultat serait très difficile à estimer et impossible à prévoir avec certitude.

Alors, comment Dieu équilibre-t-Il les relations entre toutes choses ? Tout d’abord, il y a des endroits dans le monde qui sont couverts de glace et de neige toute l’année, tandis qu’à d’autres endroits, les quatre saisons sont comme le printemps et ce n’est jamais l’hiver et, à des endroits comme ceux-là, tu ne verras jamais de givre ni un seul flocon de neige. Nous parlons ici du climat le plus répandu et cet exemple est l’une des façons par lesquelles Dieu équilibre les relations entre les choses. La deuxième façon est celle-ci : une chaîne de montagnes est recouverte de végétation luxuriante, avec toutes sortes de plantes tapissant le sol et des étendues de forêt si denses qu’en marchant entre les arbres, tu ne peux même pas voir le soleil au-dessus. Mais quand on regarde une autre chaîne de montagnes, pas un seul brin d’herbe n’y pousse, ce n’est qu’une série de montagnes nues et en bataille. De l’extérieur, ces deux types sont essentiellement de grands monticules de terre accumulée pour former des montagnes, mais l’un est couvert de forêt dense, tandis que l’autre est dépourvu de pousses, sans un seul brin d’herbe. C’est la deuxième façon par laquelle Dieu équilibre les relations entre les choses. La troisième façon est la suivante : en regardant d’un côté, tu peux voir des prairies sans fin, un champ vert ondulant. En regardant de l’autre côté, tu vois s’étendre à perte de vue un désert nu, sans une seule chose vivante sur le sable balayé par le vent qui siffle, encore moins une source d’eau. La quatrième façon est la suivante : en regardant d’un côté, tout est submergé par la mer, cette immense étendue d’eau, tandis qu’en regardant de l’autre côté, tu aurais bien du mal à trouver ne serait-ce qu’une seule goutte d’eau claire. La cinquième façon est la suivante : dans telle région, la bruine est fréquente et le climat est brumeux et humide, tandis que dans telle autre région, un soleil de plomb est fréquent dans le ciel et il est très rare qu’une seule goutte de pluie ne tombe. La sixième façon est la suivante : à un endroit, il y a un plateau où l’air est raréfié et où il est difficile à l’homme de respirer, tandis qu’à un autre endroit, il y a des marécages et des plaines qui servent d’habitat à une variété d’oiseaux migrateurs. Ce sont des types de climats différents ou ce sont des climats ou des environnements qui correspondent à différents environnements géographiques. Autrement dit, Dieu équilibre des environnements de survie fondamentaux pour l’humanité en ce qui concerne l’environnement à grande échelle, du climat à l’environnement géographique et des différents éléments du sol au nombre de sources d’eau, tout cela afin de parvenir à un équilibre de l’air, de la température et de l’humidité des environnements dans lesquels les gens survivent. Grâce à ces environnements géographiques contrastés, les hommes ont une atmosphère stable et la température et l’humidité des différentes saisons restent stables. Cela permet aux hommes de continuer à vivre dans ce genre d’environnement de survie, comme ils l’ont toujours fait. Tout d’abord, l’environnement à grande échelle doit être équilibré. Cela se fait par l’utilisation de différents endroits et de différentes formations géographiques, ainsi que par les changements entre différents climats qui leur permettent de se limiter et de se maîtriser mutuellement, afin de parvenir à l’équilibre que Dieu veut et dont l’humanité a besoin. C’est d’après la perspective de l’environnement à grande échelle.

À présent, nous allons entrer dans les détails, comme la végétation. Comment son équilibre s’atteint-elle ? Autrement dit, comment la végétation peut-elle continuer à survivre dans un environnement de survie équilibré ? La réponse est la suivante : par la gestion de la durée de vie, du rythme de croissance et de reproduction de toutes sortes de plantes pour protéger leur environnement de survie. Prenez les petites herbes comme exemple : il y a les pousses de printemps, les fleurs d’été et les fruits d’automne. Les fruits tombent par terre. L’année suivante, la graine des fruits germe et se perpétue selon les mêmes lois. La durée de vie de l’herbe est très courte ; chaque graine tombe sur le sol, développe des racines et germe, fleurit et produit des fruits. Tout ce processus se termine après trois saisons seulement : le printemps, l’été et l’automne. Les arbres de toutes variétés ont aussi leur propre durée de vie et des périodes différentes pour la germination et la fructification. Certains arbres meurent après seulement trente ou cinquante ans : c’est leur durée de vie. Mais leur fruit tombe sur le sol, ensuite il germe et développe des racines, il fleurit et porte des fruits, et il vit encore trente ou cinquante ans. C’est son rythme de reproduction. Un vieil arbre meurt et un jeune arbre pousse ; c’est pourquoi tu peux toujours voir des arbres qui poussent dans la forêt. Mais ils ont aussi leur cycle normal et leurs processus de naissance et de mort. Certains arbres peuvent vivre plus de mille ans et certains peuvent même vivre pendant trois mille ans. Peu importe le genre de plante ou le temps de sa durée de vie, en général, Dieu gère son équilibre en Se basant sur son espérance de vie, sa capacité à se reproduire, sa vitesse et son taux de reproduction et la quantité de jeunes pousses qu’il produit. Cela permet aux végétaux, des herbes aux arbres, d’être en mesure de continuer à prospérer et à grandir dans un environnement écologique équilibré. Ainsi, quand tu regardes une forêt sur la terre, tout ce qui y pousse, herbes et arbres confondus, se reproduit continuellement et croît selon ses propres lois. Ils n’ont pas besoin d’un travail ou d’une aide supplémentaires de la part de l’humanité. S’ils sont en mesure de maintenir leur propre environnement de survie, c’est seulement parce qu’ils ont ce genre d’équilibre. Si les forêts et les prairies du monde sont capables de continuer à survivre sur la terre, c’est seulement parce qu’elles ont un environnement de survie approprié. Leur existence nourrit les hommes de génération en génération, ainsi que toutes sortes de choses vivantes dont l’habitat est dans les forêts et les prairies de génération en génération : les oiseaux, les animaux, les insectes et toutes sortes de micro-organismes.

Dieu contrôle également l’équilibre entre toutes sortes d’animaux. Comment contrôle-t-Il cet équilibre ? C’est comme avec les plantes : Il gère leur équilibre et détermine leur nombre en fonction de leur capacité de se reproduire, de leur quantité et de leur taux de reproduction et des rôles qu’ils jouent au sein du règne animal. Par exemple, les lions mangent les zèbres, de sorte que si le nombre de lions dépassait le nombre de zèbres, quel serait le sort des zèbres ? Ils disparaîtraient. Et si les zèbres faisaient beaucoup moins de petits que les lions, quel serait leur sort ? Encore une fois, ils disparaîtraient. Ainsi, le nombre de zèbres doit être beaucoup plus grand que le nombre de lions. En effet, les zèbres n’existent pas seulement pour eux-mêmes, mais ils existent aussi pour les lions. Tu pourrais aussi le formuler de cette façon : chaque zèbre est une partie de l’ensemble des zèbres, mais il est aussi de la nourriture pour la gueule du lion. Le rythme de reproduction des lions ne peut jamais dépasser celui des zèbres, de sorte que leur nombre ne peut jamais être plus grand que celui des zèbres. La source de nourriture des lions peut être assurée seulement de cette manière. Et ainsi, même si les lions sont les ennemis naturels des zèbres, les gens voient souvent les deux espèces se reposer tranquillement dans la même zone. Les zèbres ne diminueront jamais en nombre ou ne disparaîtront pas parce que les lions les chassent et les mangent, et les lions n’augmenteront jamais en nombre en raison de leur statut de « roi ». Cet équilibre a été établi par Dieu il y a longtemps. Autrement dit, Dieu a établi des lois pour l’équilibre entre tous les animaux, afin qu’ils puissent atteindre ce genre d’équilibre, et c’est quelque chose que les hommes voient souvent. Les lions sont-ils les seuls ennemis naturels des zèbres ? Non, les crocodiles aussi mangent des zèbres. Les zèbres semblent être un genre d’animal très impuissant. Ils n’ont pas la férocité des lions, et quand ils font face à un lion, cet ennemi redoutable, tout ce qu’ils peuvent faire, c’est fuir. Ils ne peuvent même pas résister. Battus à la course par le lion, ils ne peuvent que se laisser dévorer par celui-là. Cela se voit souvent dans le règne animal. Quelles sont vos impressions et vos pensées quand vous voyez ce genre de chose ? Le zèbre vous fait-il de la peine ? Haïssez-vous le lion ? Les zèbres sont tellement beaux ! Mais les lions les lorgnent toujours avidement. Et bêtement, les zèbres ne s’enfuient pas loin. Ils voient le lion qui les attend à l’ombre d’un arbre. Il pourrait venir les dévorer à tout moment. Ils le savent dans leur cœur, mais malgré cela, ils ne quitteront pas le territoire. C’est une chose prodigieuse, une chose prodigieuse qui manifeste la prédestination de Dieu et Son règne. Le zèbre te fait de la peine, mais tu ne peux pas le sauver et tu hais le lion, mais tu ne peux pas le détruire. Le zèbre est la nourriture que Dieu a préparée pour le lion, mais peu importe combien les lions en mangent, les zèbres ne disparaîtront pas. La progéniture des lions est très peu nombreuse. Leur reproduction est très lente, de sorte que peu importe le nombre de zèbres qu’ils mangent, leur nombre ne sera jamais supérieur à celui des zèbres. En cela, il y a un équilibre.

Quel est le but de Dieu en maintenant ce genre d’équilibre ? Cela concerne les environnements de survie des hommes, ainsi que la survie de l’humanité. Si les zèbres, ou une proie similaire des lions, les cerfs ou d’autres animaux, se reproduisent trop lentement et le nombre de lions augmente rapidement, quel genre de danger menacerait les êtres humains ? Que les lions mangent leur proie est un phénomène normal, mais qu’un lion mange une personne est une tragédie. Cette tragédie n’est pas prédestinée par Dieu, ce n’est pas quelque chose qui se produit sous Son règne, encore moins quelque chose qu’Il a voulu pour l’humanité. C’est plutôt quelque chose dont les gens sont les seuls responsables. Donc, selon Dieu, l’équilibre entre toutes choses est crucial pour la survie de l’humanité. Qu’il s’agisse des plantes ou des animaux, rien ne peut perdre son propre équilibre. Les plantes, les animaux, les montagnes et les lacs : Dieu a préparé un environnement écologique normal pour l’humanité. La survie des hommes est assurée seulement quand ils ont ce genre d’environnement écologique, un environnement équilibré. Si les arbres ou les herbes n’avaient pas un très bon cycle de reproduction ou si leur rythme de reproduction était très lent, le sol ne perdrait-il pas son humidité ? Si le sol perdait son humidité, serait-il encore salubre ? Si le sol perdait sa végétation et son humidité, il serait très rapidement érodé et le sable le remplacerait. Quand le sol se détériorerait, l’environnement de survie des hommes serait également détruit. De nombreuses catastrophes accompagneraient cette destruction. Sans ce genre d’équilibre écologique, sans ce type d’environnement écologique, les gens seraient souvent victimes de catastrophes en raison des déséquilibres entre toutes choses. Par exemple, quand il y a un déséquilibre environnemental qui mène à la destruction de l’environnement écologique des grenouilles, elles se rassemblent toutes, leur nombre augmente rapidement et les gens voient même un grand nombre de grenouilles traverser les rues dans les villes. Si un grand nombre de grenouilles envahissaient l’environnement de survie des hommes, comment cela serait-il appelé ? Une catastrophe. Pourquoi serait-ce appelé une catastrophe ? Ces petits animaux qui sont bénéfiques pour l’humanité sont utiles pour les hommes quand ils restent dans un endroit qui leur convient ; ils peuvent maintenir l’équilibre de l’environnement de survie des hommes. Mais s’ils deviennent une catastrophe, ils ont un effet sur le bon ordre de la vie des hommes. Toutes les choses et tous les éléments que les grenouilles apportent sur leur corps peuvent avoir une incidence sur la qualité de vie des hommes. Elles peuvent même provoquer des attaques sur les organes physiques des hommes : c’est une sorte de catastrophes. Une autre sorte de catastrophe, quelque chose que les humains ont connu fréquemment, c’est l’apparition d’un grand nombre de sauterelles. N’est-ce pas une catastrophe ? Si, c’est vraiment une catastrophe effrayante. Peu importe la compétence des humains – les hommes peuvent fabriquer des avions, des canons et des bombes atomiques – lorsque les sauterelles les envahissent, quelle solution ont-ils ? Peuvent-ils utiliser des canons contre elles ? Peuvent-ils les abattre avec des mitrailleuses ? Ils ne le peuvent pas. Alors, peuvent-ils répandre des pesticides pour les chasser ? Ce n’est pas une tâche facile non plus. Que viennent faire ces minuscules sauterelles ? Elles mangent en particulier les céréales et les grains. Partout où vont les sauterelles, les récoltes sont complètement détruites. Dans une période d’invasion de sauterelles, toute la nourriture sur laquelle comptent les cultivateurs pourrait être entièrement consommée par les sauterelles en un clin d’œil. Pour les humains, l’arrivée de sauterelles n’est pas seulement une contrariété, c’est une catastrophe. Nous savons donc que l’apparition d’un très grand nombre de sauterelles est une sorte de catastrophe, mais qu’en est-il des souris ? S’il n’y a pas d’oiseaux de proie pour manger les souris, alors elles vont se multiplier très rapidement, plus rapidement que tu peux l’imaginer. Et si les souris se propagent librement, les humains peuvent-ils mener une bonne vie ? À quel genre de problème les humains seraient-ils confrontés ? (À une épidémie.) Mais croyez-vous qu’une épidémie serait la seule conséquence ? Les souris rongent n’importe quoi et elles rongent même le bois. Pour peu qu’il y ait seulement deux souris dans une maison, elles sont une calamité pour tous ceux qui habitent là. Parfois, elles volent l’huile et la mangent, et parfois elles mangent le pain ou les céréales. Et les choses qu’elles ne mangent pas, elles les rongent jusqu’au bout et les abîment complètement. Elles rongent les vêtements, les chaussures, le bois, les meubles, elles rongent tout. Parfois, elles vont grimper sur les étagères : cette vaisselle peut-elle encore être utilisée une fois que des souris ont marché dessus ? Même si tu la désinfectes, tu ne te sentiras pas tranquille, alors, tu la jettes, tout simplement. Voilà les tracas que les souris causent aux gens. Même si les souris sont de petites créatures, les gens n’ont aucun moyen de traiter avec elles et, au contraire, n’ont qu’à supporter les ravages qu’elles font. Deux souris suffisent pour causer une perturbation, sans parler de toute une horde. Si leur nombre devait augmenter et qu’elles devenaient une catastrophe, les conséquences seraient impensables. Même des créatures aussi minuscules que les fourmis pourraient devenir une catastrophe. Si cela devait arriver, le tort qu’elles causeraient à l’humanité ne pourrait pas non plus être ignoré. Des fourmis peuvent causer assez de dégâts aux maisons pour que celles-ci s’effondrent. Leur force ne doit pas être négligée. Ne serait-ce pas effrayant si différentes sortes d’oiseaux créaient une catastrophe ? (Si.) Pour le dire autrement, chaque fois que des animaux ou des êtres vivants, quelle que soit leur espèce, perdent leur équilibre, ils grandissent, se reproduisent et vivent selon un ordre anormal, un ordre qui n’est pas commun. Cela aurait des conséquences inimaginables pour l’humanité. Cela n’aurait pas seulement un effet sur la survie et la vie des gens, mais cela provoquerait aussi une catastrophe pour l’humanité, au point que le sort des hommes serait l’annihilation totale et l’extinction.

Quand Dieu a créé toutes choses, Il a utilisé toutes sortes de méthodes et de moyens pour les équilibrer, pour équilibrer les conditions de vie des montagnes et des lacs, des plantes et de toutes les sortes d’animaux, d’oiseaux et d’insectes. Son but était de permettre à toutes les sortes d’êtres vivants de vivre et de se multiplier selon les lois qu’Il avait établies. Aucune des choses de la création ne peut sortir de ces lois et les lois ne peuvent être brisées. Les humains peuvent survivre et se multiplier en sécurité, de génération en génération, seulement dans ce type d’environnement de base. Si une créature vivante ne respecte pas le nombre ou les conditions établies par Dieu, ou si elle dépasse le taux de croissance, le taux de reproduction ou la quantité dictés par Lui, l’environnement de survie de l’humanité subira différents degrés de destruction. Et en même temps, la survie de l’humanité sera menacée. Si le nombre d’un type de créature vivante est trop grand, elle dérobera aux gens leur nourriture, détruira les sources d’eau des gens et endommagera leurs milieux de vie. Ainsi, la reproduction de l’humanité ou l’état de sa survie seraient immédiatement touchés. Par exemple, l’eau est très importante pour toutes choses. S’il y a trop de souris, de fourmis, de sauterelles, de grenouilles ou de n’importe quelle autre espèce animale, ils auront besoin de boire plus d’eau. À mesure que la quantité d’eau qu’ils boivent augmente, l’eau potable et les sources d’eau des hommes, dans ce cadre fixe de sources d’eau potable et de régions aqueuses, seront réduites et ils manqueront d’eau. Si l’eau potable des hommes est infectée, contaminée ou coupée parce que toutes sortes d’animaux ont augmenté en nombre, dans ce genre d’environnement de survie difficile, la survie de l’humanité sera gravement menacée. Si un type seulement ou plusieurs types d’êtres vivants dépassent leur nombre approprié, alors l’air, la température, l’humidité, et même la composition de l’atmosphère dans l’espace de survie de l’humanité seront empoisonnés et détruits à divers degrés. Dans ces circonstances, la survie et le sort des humains seront aussi soumis aux menaces qui découlent de ces facteurs écologiques. Donc, si ces équilibres sont rompus, l’air que les gens respirent sera vicié, l’eau qu’ils boivent sera contaminée et les températures dont ils ont besoin seront aussi changées et seront affectées à des degrés divers. Si cela se produit, les environnements de survie qui appartiennent de façon inhérente à l’humanité seront soumis à des répercussions et des défis énormes. Dans ce type de scénario où les environnements de survie de base des humains ont été détruits, quels seraient le sort et les perspectives de l’humanité ? C’est un problème très sérieux ! Parce que Dieu sait pour quelle raison chacune des choses de la création existe pour l’humanité, quel est le rôle de chaque type de choses qu’Il a créées, l’effet que chaque chose produit sur l’humanité et dans quelle mesure elle profite à l’humanité, parce que, dans le cœur de Dieu, il y a un plan pour tout cela et qu’Il gère chaque aspect de toutes les choses qu’Il a créées, chaque chose qu’Il fait est très importante et nécessaire pour l’humanité. Ainsi, à partir de maintenant, chaque fois que tu observeras un phénomène écologique parmi les choses de la création de Dieu, ou une loi naturelle à l’œuvre parmi toutes les choses de la création de Dieu, tu ne douteras plus de la nécessité de chaque chose créée par Dieu. Tu n’utiliseras plus de mots ignorants pour exprimer des jugements arbitraires sur les arrangements de toutes choses par Dieu et sur Ses différentes façons de soutenir l’humanité. Tu ne tireras pas non plus de conclusions arbitraires sur les lois de Dieu pour toutes les choses de Sa création. N’est-ce pas ?

De quoi venons-nous tout juste de parler ? Penses-y un instant. Dieu a Sa propre intention dans chaque chose qu’Il fait. Même si Son intention est insondable pour les humains, elle est toujours inextricablement et puissamment liée à la survie de l’humanité. C’est absolument indispensable. En effet, Dieu n’a jamais rien fait de futile. Les principes qui sous-tendent chaque chose qu’Il fait sont imprégnés de Son plan et de Sa sagesse. Ce plan a pour objectif et intention de protéger l’humanité, d’aider l’humanité à éviter la catastrophe, les dégâts provoqués par d’autres êtres vivants et toute sorte de mal causé par n’importe quelles choses de la création de Dieu. Pourrait-on dire alors que les actes de Dieu que nous avons vus à l’intérieur de ce thème constituent une autre façon par laquelle Dieu soutient l’humanité ? Pourrions-nous dire que, par ces actes, Dieu nourrit et guide l’humanité ? (Oui.) Y a-t-il un rapport important entre ce thème et le sujet de notre échange : « Dieu est la source de vie pour toutes choses » ? (Oui.) Il y a un rapport très important et ce thème en est un aspect. Avant de parler de ces thèmes, les gens n’avaient qu’une imagination vague de Dieu, de Dieu Lui-même et de Ses actes : il leur manquait une vraie compréhension. Cependant, quand les gens apprennent quels sont Ses actes et les choses qu’Il a faites, ils peuvent comprendre et saisir les principes de ce que Dieu fait, et ils peuvent mieux les comprendre et les avoir à leur portée : n’est-ce pas le cas ? Même si, dans le cœur de Dieu, il y a toutes sortes de théories, de principes et de règles très compliqués chaque fois qu’Il fait quelque chose, comme créer et régner sur toutes choses, ne vous est-il pas possible d’acquérir dans votre cœur la compréhension que ce sont là les actes de Dieu et qu’ils sont aussi réels que faire se peut, en en apprenant simplement une partie pendant les échanges ? (Si.) Alors, de quelle manière votre compréhension actuelle de Dieu est-elle différente de ce qu’elle était ? Elle est différente en son essence. Avant, votre compréhension était trop creuse, trop vague, mais à présent, votre compréhension contient de nombreuses preuves concrètes qui corroborent les actes de Dieu, qui corroborent ce que Dieu a et est. Donc, tout ce que J’ai dit constitue un support pédagogique formidable pour votre compréhension de Dieu.

Extrait de « Dieu Lui-même, l’Unique IX », dans La Parole apparaît dans la chair

Laissez un commentaire