Menu

Le Seigneur Jésus reviendra t-Il encore porter l’image des Juifs ?

L’Apocalypse 3:11 dit : « Je viens bientôt ». Beaucoup de frères et sœurs dans le Seigneur lisent ce verset et croient que lorsque le Seigneur reviendra, Il descendra à nouveau parmi ceux qui croient sincèrement en Lui sous l’apparence et les vêtements d’un Juif parce qu’Il est monté au ciel sous l’aspect d’un Juif. Tout comme la Bible dit : « Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel » (Actes 1:11). Nous avons attendu pendant tant d’années, et maintenant dans les derniers jours, les prophéties sur le retour du Seigneur se sont réalisées. Cependant, aucun de nous ne voit le Seigneur Jésus revenir parmi nous sous l’apparence d’un Juif. Nous ne pouvons pas nous empêcher de nous demander : Le Seigneur Jésus nous apparaîtra-t-Il vraiment sous l’aspect d’un Juif à Son retour ? Nous devrions tirer cela au clair, car en effet, ce problème est lié à l’importante question de savoir si nous pouvons accueillir le retour du Seigneur. Revenons sur les différentes apparences prises par Dieu lorsqu’Il est apparu aux humains.

La crucifixion de Jésus

À l’ère de la Loi, Dieu est apparu et à Moïse au milieu d’un buisson et sous forme de feu (référence à Exode 3:1-4). À l’ère de la Grâce, même si Dieu est devenu chair en la personne de Jésus, et a œuvré en Judée pendant plusieurs années, Il n’a jamais demandé de garder son image juive. Le Seigneur Jésus, par exemple, là été une fois transfiguré devant Ses disciples, avec Son visage brillant comme le soleil, qui n’avait certainement rien de particulièrement juif (référence à Matthieu 17:2) ; Après avoir été crucifié et ressuscité, Sa nouvelle image était tellement différente que les deux disciples qui se dirigeaient vers Emmaüs et Marie-Madeleine ne purent Le reconnaître. De par ces versets, nous savons que l’apparence prise par Dieu pour apparaître aux humains n’est pas immuable, et que l’image de Dieu est au-delà de toute définition humaine. La parole de Dieu dit : « Dieu étant le plus grand à travers tout l’univers et dans l’univers céleste, pourrait-Il S’exprimer pleinement Lui-même dans l’image d’une chair ? Dieu Se revêt de cette chair pour réaliser une étape de Son œuvre. Il n’y a pas de signification particulière à cette image de la chair, elle n’a aucun rapport avec le passage des ères et n’a rien à voir non plus avec le tempérament de Dieu. Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas permis que Son image reste ? Pourquoi n’a-t-Il pas laissé l’homme peindre Son image afin qu’elle puisse être transmise aux générations futures ? Pourquoi n’a-t-Il pas permis aux gens de reconnaître que Son image était l’image de Dieu ? Bien que l’image de l’homme ait été créée à l’image de Dieu, comment l’apparence de l’homme aurait-elle pu représenter l’image exaltée de Dieu ? Quand Dieu Se fait chair, Il descend simplement du ciel dans une chair particulière. C’est Son Esprit qui descend dans une chair par laquelle Il accomplit l’œuvre de l’Esprit. C’est l’Esprit qui s’exprime dans la chair et c’est l’Esprit qui accomplit Son œuvre dans la chair. L’œuvre accomplie dans la chair représente pleinement l’Esprit et la chair est en vue de l’œuvre, mais cela ne fait pas de l’image de la chair un substitut de la véritable image de Dieu Lui-même ; ce n’est pas le but ni la signification de Dieu fait chair. Il devient chair seulement pour que l’Esprit puisse trouver un endroit qui convienne à Son œuvre, pour qu’Il puisse au mieux réaliser Son œuvre dans la chair, pour que les gens puissent voir Ses actes, comprendre Son tempérament, entendre Ses paroles et découvrir la splendeur de Son œuvre. Son nom représente Son tempérament, Son œuvre représente Son identité, mais Il n’a jamais dit que Son apparition dans la chair représentait Son image ; c’est seulement une notion de l’homme. Et donc, le nom de Dieu, Son œuvre, Son tempérament et Son sexe sont les éléments clés de l’incarnation de Dieu. Il utilise ces éléments pour représenter Sa gestion dans cette ère. Son apparition dans la chair n’a aucune incidence sur Sa gestion et n’est qu’en vue de Son œuvre à ce moment-là. Cependant, il est impossible à Dieu incarné de ne pas avoir une apparence particulière, et donc Il choisit la famille appropriée pour déterminer Son apparence. Si l’apparence de Dieu a une signification représentative, alors tous ceux qui ont des traits faciaux semblables aux Siens représenteraient aussi Dieu. Cela ne serait-il pas une erreur flagrante ? Le portrait de Jésus a été peint par l’homme afin que l’homme puisse L’adorer. À l’époque, le Saint-Esprit n’a donné aucune instruction spéciale, et donc, ce portrait imaginé, l’homme l’a transmis jusqu’à aujourd’hui. En fait, selon l’intention originale de Dieu, l’homme n’aurait pas dû faire cela. C’est seulement à cause du zèle de l’homme que le portrait de Jésus a duré jusqu’à ce jour. Dieu est Esprit et l’homme ne sera jamais capable de représenter Son image exactement. Son image peut seulement être représentée par Son tempérament. »

Selon ces paroles, nous pouvons voir que Dieu est le Souverain suprême, et qu’Il est l’Esprit invisible qui ne peut être défini sous une forme ou une image précise. Dieu peut S’élever dans les lieux très élevés et S’humilier jusqu’à Se faire homme. Peu importe la forme sous laquelle Il apparaît, Il demeure Dieu dans Son essence. Lorsque Dieu S’est fait homme pour accomplir Son œuvre, c’était uniquement pour les besoins de Sa mission et non pour Se donner une image dans la chair. L’image de Dieu manifestée dans la chair ne peut être considérée comme Sa véritable identité. L’image de Dieu incarné n’a rien à voir avec l’essence de Dieu ou avec Sa véritable image. Le tempérament, l’essence et l’identité de Dieu ne peuvent qu’être reconnus qu’à travers Son œuvre et Sa Parole, seuls ces éléments qui révèlent que Dieu est la vérité, le chemin et la vie. Nous ne devons pas considérer l’image que Dieu a prise dans la chair comme étant Sa véritable image et conclure qu’« une fois qu’Il a pris l’image d’un Juif, alors Il en sera toujours ainsi ». Ce serait une calomnie et un blasphème contre Dieu. Quelle que soit l’apparence prise par Dieu, elle ne regarde que Lui et n’est pas choisie par nous autres humains. En outre, l’apparence que prend Dieu dépend de l’endroit où Il œuvre. À titre d’exemple, à l’ère de la Grâce, Dieu s’est fait chair en Judée et a accompli Son œuvre parmi les Juifs, Il revêtait l’image et les vêtements des Juifs, et parlait hébreu, leur langue. De cette façon, il était relativement facile pour les Juifs d’entrer en contact avec Lui, d’en savoir plus sur Sa Parole et Son œuvre et d’avoir ainsi part à Son salut. Il est donc très logique que Dieu prenne la forme d’une chair qui ait l’apparence du peuple où Il vient faire Son œuvre. Toutefois, nous devons savoir que quel que soit la peau du peuple dans lequel Dieu prend chair, Il demeure, sans l’ombre d’un doute, Dieu dans Son essence.

En bref, peu importe l’image que Dieu prend, où Il apparaît, ou de quelle manière Il apparaît à l’homme, Il peut accomplir Son propre œuvre. Nous ne devons pas limiter Dieu en nous disant qu’Il reviendra sous l’apparence de Jésus. Il est au-dessus de notre entendement et de notre imagination Ne nous y limitons donc pas. Recherchons la vérité si nous voulons véritablement reconnaître et accueillir le retour du Seigneur. Tout comme la parole de Dieu dit : « Le but de l’apparition de Dieu, libre des contraintes de toute forme ou d’un pays, est de Lui permettre d’accomplir Son œuvre tel qu’Il l’a planifiée. C’est comme lorsque Dieu est devenu chair en Judée, Son but était d’accomplir l’œuvre de la croix pour racheter l’humanité tout entière. Pourtant, les Juifs croyaient qu’il était impossible pour Dieu d’accomplir cela, et ils pensaient qu’il Lui était impossible de devenir chair et de prendre la forme du Seigneur Jésus. Cet “impossible” devint l’argument sur lequel ils s’appuyèrent pour condamner Dieu et s’opposer à Lui, ce qui aboutit finalement à la destruction d’Israël. Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui ont commis la même erreur. Ils proclament de toutes leurs forces l’imminence de l’apparition de Dieu tout en la condamnant. Leur “impossible”, de nouveau, confine l’apparition de Dieu dans les limites de leur imagination. […] Abandonnez vos opinions quant à l’“impossible” ! Plus les gens croient qu’une chose est impossible, plus il y a de chances qu’elle se produise, parce que la sagesse de Dieu s’élève plus haut que les cieux, que Ses pensées sont plus hautes que celles de l’homme et que Son œuvre transcende les limites de la pensée et des notions de l’homme. Plus une chose paraît impossible, plus il y a en elle de vérité à rechercher ; plus une chose est au-delà de l’imagination et des notions de l’homme, plus elle contient la volonté de Dieu. »

Traduction par Christiane Zana

Laisser un commentaire