Quel est le sens profond de l’expression « l’Agneau rédempteur »

Il est raconté dans la Bible : « Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché » (Romains 8:3). « et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (Hébreux 9:12). D’après ces versets, nous savons que pour racheter l’humanité du péché, le Seigneur Jésus a été crucifié à titre d’éternel sacrifice expiatoire. Depuis, nous L’appelons tous l’Agneau rédempteur. Mais, est-ce que vous savez le sens profond de cette expression ?

Afin d’éclaircir cette question, il faut d’abord savoir ce que veut dire sacrifice expiatoire. Lisons le Lévitique 4:27-31 :« Si c’est quelqu’un du peuple qui a péché involontairement, en faisant contre l’un des commandements de l’Éternel des choses qui ne doivent point se faire et en se rendant ainsi coupable, et qu’il vienne à découvrir le péché qu’il a commis, il offrira en sacrifice une chèvre, une femelle sans défaut, pour le péché qu’il a commis. Il posera sa main sur la tête de la victime expiatoire, qu’il égorgera dans le lieu où l’on égorge les holocaustes. Le sacrificateur prendra avec son doigt du sang de la victime, il en mettra sur les cornes de l’autel des holocaustes, et il répandra tout le sang au pied de l’autel. Le sacrificateur ôtera toute la graisse, comme on ôte la graisse du sacrifice d’actions de grâces, et il la brûlera sur l’autel, et elle sera d’une agréable odeur à l’Éternel. C’est ainsi que le sacrificateur fera pour cet homme l’expiation, et il lui sera pardonné. » Et Lévitique 16:30-31 : « Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier: vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel. Ce sera pour vous un sabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes. C’est une loi perpétuelle. »

Après que les Israélites sont sortis d’Égypte, Dieu l’Éternel, par l’intermédiaire de Moïse, a énoncé des lois auxquelles ils devaient obéir, et Il les a ainsi guidés dans leur façon de vivre sur terre. Quiconque se conformait à ces lois gagnait les bénédictions de Dieu. Cependant, en raison de la nature corrompue de l’homme, ils ont été incapables de respecter la loi et se sont donc retrouvés en danger d’être lapidés. Ce n’est qu’en offrant des sacrifices expiatoires qu’ils pouvaient expier leurs péchés et éviter d’être condamnés à mort par les lois. Quiconque connaît bien l’Ancien Testament sait qu’à l’ère de la Loi, le dixième jour du septième mois de chaque année était le jour des expiations pour les Israélites. Lors de cette journée, les gens devaient tous offrir sur l’autel le premier-né des veaux et des moutons sans défaut en guise de sacrifice expiatoire, afin d’être purifiés de leur impureté et de leurs transgressions de l’année. On peut en déduire qu’à l’ère de la Loi, Dieu l’Éternel utilisait le sang des vaches et des moutons comme preuve de Sa purification des péchés des hommes. Parce qu’ils faisaient des sacrifices expiatoires, les gens de cette époque n’étaient plus condamnés par les lois mais étaient aptes à venir devant Dieu l’Éternel et à Le prier pour Ses bénédictions et Son aide.

Néanmoins, à la fin de l’ère de la Loi, le peuple d’Israël était de plus en plus incapable de respecter les lois et les gens commettaient de plus en plus de péchés, si bien qu’avec eux, les lois de Dieu l’Éternel ne pouvaient plus donner les résultats désirés. Le Saint-Esprit les détestait parce que leur cœur était devenu dépravé et dépourvu de toute révérence envers Dieu. Comme il est écrit dans Esaïe 1:11-15, Dieu dit par la voix du prophète Esaïe : « dit l’Éternel. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ; Je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. Quand vous venez vous présenter devant moi, Qui vous demande de souiller mes parvis ? Cessez d’apporter de vaines offrandes: J’ai en horreur l’encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées ; Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes ; Elles me sont à charge ; Je suis las de les supporter. Quand vous étendez vos mains, je détourne de vous mes yeux ; Quand vous multipliez les prières, je n’écoute pas: Vos mains sont pleines de sang. »

Ces versets nous montrent que la corruption des gens à cette époque avait atteint un tel point que Dieu l’Éternel était en colère contre eux et les réprimandait. Selon la justice de Dieu, en continuant de la sorte, ils allaient mourir par les malédictions de Dieu et la création de l’humanité aurait été vaine. À l’époque, le peuple d’Israël était rempli de péchés, vivait dans le péché et ne pouvait pas s’en libérer. Les Israélites ont donc sincèrement prié et imploré Dieu. Alors Dieu leur a fait une promesse, à savoir qu’ils pourraient recevoir un éternel sacrifice expiatoire. Par conséquent, en raison des besoins de l’humanité corrompue mais aussi selon Son plan de gestion, Dieu s’est incarné parmi les hommes en tant qu’Agneau rédempteur pour prendre sur Lui leurs péchés et les soulager des malédictions de la loi. Il y a longtemps, Dieu avait annoncé par la bouche du prophète Esaïe : « Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; Et l’Éternel a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; Et parmi ceux de sa génération, qui a cru Qu’il était retranché de la terre des vivants Et frappé pour les péchés de mon peuple ? On a mis son sépulcre parmi les méchants, Son tombeau avec le riche, Quoiqu’il n’eût point commis de violence Et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche. Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’oeuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains. A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, Et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, Et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, Et qu’il a intercédé pour les coupables. » (Esaïe 53:6-12)

Quand Dieu incarné est venu œuvrer, Jean-Baptiste a témoigné que le Seigneur Jésus était l’Agneau rédempteur, comme il est dit dans Jean 1:29 : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. »

Le Seigneur Jésus a œuvré parmi les hommes pendant trois ans et demi, durant lesquels Il a guéri les malades, chassé les démons, accompli des miracles et des merveilles et dispensé de riches bénédictions à l’humanité. Il a toléré et a pardonné aux hommes, et finalement Il a été crucifié en tant que sacrifice expiatoire pour l’humanité. Il a absout les péchés des hommes avec Son précieux sang et Il a mené à bien l’œuvre de rédemption de l’humanité. Comme l’a dit le Seigneur Jésus : « car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés » (Matthieu 26:28). L’œuvre du Seigneur Jésus nous permet de voir qu’Il a sauvé ceux qui vivaient soumis à la loi et qu’Il a exaucé leur souhait de recevoir un sacrifice suffisant pour racheter leurs péchés. Après Sa crucifixion, les hommes n’avaient plus besoin de faire des sacrifices expiatoires et il leur suffisait d’accepter le Seigneur Jésus comme leur Sauveur pour que leurs péchés leur soient pardonnés. Ainsi, les péchés des hommes n’étaient plus un obstacle les empêchant de venir devant Dieu, et ils n’étaient plus l’instrument permettant à Satan d’accuser l’homme. Grâce à cela, les Israélites, qui avaient vécu soumis à la loi, pouvaient s’affranchir des lois et étaient aptes à venir devant le Seigneur Jésus, à prier pour obtenir Son pardon et Sa grâce, et ainsi l’humanité a pu continuer à exister et s’est développée. De tout cela, nous pouvons comprendre qu’il existe un sens profond dans le fait que le Seigneur Jésus soit appelé l’Agneau rédempteur.

Les paroles de Dieu disent : « Afin de compléter Son œuvre et de sauver l’humanité de la misère, Il devait être condamné par l’homme et assumer les péchés de l’humanité tout entière. L’ampleur de la souffrance qu’il a endurée ne peut pas du tout être comprise ou appréciée par des gens ordinaires. Qu’est-ce que cette souffrance représente ? Elle représente la dévotion de Dieu envers l’humanité. Elle est synonyme de l’humiliation qu’Il a subie et le prix qu’Il a payé pour le salut des hommes, pour le rachat de leurs péchés et pour compléter cette étape de Son œuvre. Elle signifie aussi que l’homme serait racheté de la croix par Dieu. C’est là un prix payé par le sang, par la vie, un prix que les êtres créés ne peuvent pas payer. » « Même s’Il savait Lui-même que la responsabilité qu’Il devait endosser dans la chair était si grande et à quel point la souffrance qu’Il affronterait serait cruelle, quand Il vit les hommes désemparés dans le péché, quand Il constata la misère de leur vie et leurs faibles luttes sous la loi, Il ressentit de plus en plus de douleur et devint de plus en plus impatient de sauver l’humanité du péché. Peu importe quel genre de difficultés Il affronterait ou quel genre de douleurs Il endurerait, Il devint de plus en plus résolu à racheter l’humanité vivant dans le péché. Durant ce processus, tu pourrais dire que le Seigneur Jésus commença à comprendre de plus en plus clairement l’œuvre qu’Il devait accomplir et ce qui Lui avait été confié. Il devint aussi de plus en plus impatient de réaliser l’œuvre dont Il allait prendre la charge, de prendre tous les péchés de l’humanité, de racheter l’humanité afin qu’elle ne vive plus dans le péché et Dieu serait capable d’oublier les péchés des hommes à cause du sacrifice d’expiation, Lui permettant de poursuivre Son œuvre du salut de l’humanité. On pourrait dire que dans Son cœur, le Seigneur Jésus avait le désir de s’offrir à l’humanité, de se sacrifier Lui-même. Il voulait aussi servir de sacrifice d’expiation, être cloué sur la croix et Il était impatient d’exécuter cette œuvre. Lorsqu’Il voyait les conditions misérables de la vie des hommes, Il était encore plus impatient de remplir Sa mission aussi vite que possible, sans une seule minute ou seconde de retard. Quand Il ressentait une telle impression d’urgence, Il ne pensait pas à ce que serait Sa propre douleur ni non plus aux humiliations qu’Il devrait endurer, Il maintenait une seule conviction dans Son cœur : tant qu’Il s’offrirait Lui-même, tant qu’Il serait cloué sur la croix comme sacrifice d’expiation, la volonté de Dieu serait réalisée et Il pourrait commencer une nouvelle œuvre. La vie des hommes dans le péché, leur mode d’existence dans le péché serait complètement changé. Sa conviction et ce qu’Il était déterminé à faire étaient en rapport avec le fait de sauver l’homme et Il n’avait qu’un objectif : accomplir la volonté de Dieu afin qu’Il puisse entamer avec succès la prochaine étape de Son œuvre. »

Ces deux passages nous permettent de mieux percevoir encore l’amour véritable de Dieu pour nous les hommes. Le Dieu suprême, le Créateur et Maître des cieux et de la terre et de toutes les choses, est devenu une personne normale et ordinaire, humblement dissimulée dans la chair. Il a dû prendre en charge une œuvre qu’une personne ordinaire ne peut pas assumer, tout en endurant des souffrances que des personnes normales ne peuvent pas supporter. Entre le moment où Il a officiellement commencé à exercer Son ministère et le moment où Il a été crucifié, le Seigneur Jésus a subi l’humiliation et la douleur à l’extrême, ainsi que le rejet et la condamnation de l’humanité corrompue. Dieu est saint, et cependant Il lui a fallu vivre avec une humanité souillée et corrompue : les souffrances qu’Il a endurées ont été si considérables ! Le Seigneur Jésus savait clairement que le chemin de croix était semé de difficultés et qu’Il allait subir de grandes souffrances, physiquement et spirituellement. Mais pour la rédemption de l’humanité tout entière, Il s’est délibérément offert en sacrifice expiatoire et Il a été crucifié pour l’humanité. En considérant l’œuvre de rédemption du Seigneur Jésus, nous pouvons parvenir à une meilleure compréhension de l’expression « l’Agneau rédempteur ». Par ailleurs, l’œuvre accomplie par le Seigneur Jésus a constitué un fondement solide et a ouvert la voie à l’étape suivante de l’œuvre de Dieu, le salut complet de l’humanité. Le Seigneur Jésus a annoncé qu’Il reviendrait dans les derniers jours accomplir l’œuvre du jugement et du châtiment, par laquelle Il nous purifierait entièrement de nos péchés et nous libérerait de la servitude du péché. La Bible dit : « Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu » (1 Pierre 4:17). « vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps ! » (1 Pierre 1:5). « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:12-13). Cela nous montre que le Seigneur Jésus a préparé pour nous un salut plus élevé dans les derniers jours, à savoir qu’Il va revenir pour continuer l’œuvre du salut de l’homme en exprimant la vérité afin de nous sauver totalement de la corruption. En effet, si nous avons été rachetés par le Seigneur Jésus et si nos péchés ont été absous, notre nature pécheresse perdure encore, et nous sommes toujours esclaves d’un cycle consistant à commettre des péchés dans la journée pour les confesser le soir. C’est pourquoi, quand le Seigneur Jésus reviendra, Il continuera à nous sauver. L’amour de Dieu pour nous n’est-il pas extrêmement grand et profond ?

Chers frères et sœurs, je suis sûr que grâce à cette communication, nous avons tous compris pourquoi on appelle le Seigneur Jésus l’Agneau rédempteur et quel est le sens de cette expression. Je pense que chacun de vous, comme moi, attend ardemment que le Seigneur revienne pour nous sauver entièrement de cette vie dégradée consistant à pécher le jour et à se confesser le soir, afin que nous soyons complètement purifiés et changés et que nous puissions entrer dans le royaume des cieux avec Dieu.

Nous recommandons:

On doit comprendre que le message répandu par le Seigneur Jésus à l’ère de la Grâce n’était que le chemin de la repentance.

L’œuvre de salut a-t-elle été accomplie quand le Seigneur a été crucifié ?