Paroles de Dieu quotidiennes « La vérité sur l’œuvre à l’ère de la Rédemption » (Extrait II)

13 vues 1

L’œuvre de Jésus a été faite conformément aux besoins de l’homme à cette ère. Sa tâche était de racheter les hommes, de leur pardonner leurs péchés, et tout Son tempérament était donc d’humilité, de patience, d’amour, de piété, de tolérance, de miséricorde et de bonté. Il a béni les hommes richement et leur a apporté la grâce en abondance et, toutes choses dont ils pouvaient possiblement jouir, Il les leur a données pour qu’ils en jouissent : la paix et le bonheur, Sa tolérance et Son amour, Sa miséricorde et Sa bonté. En ce temps-là, tout ce que l’homme rencontrait était une abondance de choses à apprécier : son cœur était en paix et rassuré, son esprit était consolé et il était soutenu par le Sauveur Jésus. Qu’il pût gagner ces choses était une conséquence de l’ère dans laquelle il vivait. Dans l’ère de la Grâce, l’homme avait déjà été corrompu par Satan, et ainsi l’œuvre de racheter toute l’humanité exigeait une abondance de grâce, une tolérance et une patience infinies et, plus encore, une offrande adéquate pour expier les péchés de l’humanité, afin de produire ses effets. Ce que les gens voyaient dans l’ère de la Grâce n’était que Mon offrande d’expiation pour l’humanité : Jésus. Ils savaient seulement que Dieu pouvait être miséricordieux et tolérant et ne voyaient que la miséricorde et la bonté de Jésus. C’était entièrement parce qu’ils vivaient à l’ère de la Grâce. Alors, avant qu’ils ne pussent être rachetés, ils devaient jouir des nombreuses sortes de grâce que Jésus leur accorda ; cela seul était bénéfique pour eux. De cette façon, ils pouvaient être pardonnés de leurs péchés en jouissant de la grâce et pouvaient aussi avoir la chance d’être rachetés en jouissant de la tolérance et de la patience de Jésus. Seulement par la tolérance et la patience de Jésus obtinrent-ils le droit de recevoir le pardon et de jouir de l’abondance de la grâce accordée par Jésus, comme Jésus a dit : « Je suis venu non pour racheter les justes, mais les pécheurs, et pour permettre que leurs péchés soient pardonnés. » Si Jésus s’était incarné avec le tempérament du jugement, de la malédiction et de l’intolérance des offenses de l’homme, alors l’homme n’aurait jamais eu la chance d’être racheté et serait resté pour toujours pécheur ; et donc le plan de gestion de six mille ans n’aurait pas progressé plus loin que l’ère de la Loi. L’ère de la Loi aurait duré six mille ans, les péchés de l’homme auraient été plus nombreux et plus graves et la création de l’humanité n’aurait servi à rien. Les hommes auraient seulement pu servir l’Éternel en vertu de la loi, mais leurs péchés auraient dépassé ceux des premiers humains créés. Plus Jésus aimait les hommes, leur pardonnant leurs péchés et leur donnant assez de miséricorde et de bonté, plus l’humanité pouvait être sauvée, appelée les agneaux perdus et rachetés par Jésus à un prix élevé. Satan ne pouvait pas se mêler de cette œuvre, parce que Jésus traitait ceux qui Le suivaient comme une mère aimante traite l’enfant dans ses bras. Il ne se fâchait pas contre eux ni ne les méprisait, mais Il était plein de consolation ; Il n’était jamais furieux parmi eux, mais tolérait leurs péchés et fermait les yeux sur leur folie et leur ignorance, jusqu’à dire : « Pardonne les autres soixante-dix fois sept fois. » Son cœur a donc réformé le cœur des autres et ainsi les gens ont reçu le pardon par Sa tolérance.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Plus Moins

Bienvenue à l’Évangile de Dieu ! Si vous recevez une révélation de Dieu, nous serons ravis de la partager avec vous via notre fenêtre de discussion instantanée située en bas de notre page web ; ou écrivez-nous à l’adresse info@luciolededieu.org. Nous espérons sincèrement grandir spirituellement en communiant les uns avec les autres.